You are hereAxes de recherche

Axes de recherche


By Cailmail - Posted on 28 février 2011

J'ai consacré ma thèse de doctorat d’histoire à l’étude de la construction du mouvement maoïste népalais – depuis la fondation du Parti communiste du Népal (PCN) en 1949, jusqu’à l’arrivée au pouvoir du Parti communiste du Népal (Maoïste) (PCN(M)) en avril 2008 – et de son inscription dans le mouvement révolutionnaire international.

 

 

L’étude de l’histoire du Népal nous révèle que les échanges entre le royaume et ses voisins ne cessèrent de façonner la construction de l’État moderne népalais. Les relations avec la Chine ou, plus encore, l’Inde, furent multiples, tant sur le plan économique que politique. Par ailleurs, les constructions victoriennes des Premiers ministres ranas dans Katmandou montrent que l’influence subie par le royaume s’étendait au-delà de la sphère strictement régionale.

Le PCN, fondé en 1949 en Inde par Pushpa Lal Shrestha et Man Mohan Adhikari, est à ce titre particulièrement révélateur de l’échange constant que la population népalaise eut avec l’extérieur. Fuyant le régime rana qui muselait toute opposition politique, les premiers idéologues du PCN furent formés pour la plupart dans les universités indiennes ou au sein du Parti communiste de l’Inde (PCI), et s’appuyèrent sur l’exemple donné par leurs camarades pour jeter les bases de leur nouveau parti politique.

L’influence du communisme indien sur son équivalent népalais est également visible à travers le retentissement qu’eut le mouvement de Naxalbari sur la région. Initiée le 3 mars 1967 dans le district du Darjeeling, cette insurrection se réclamant de la doctrine enseignée par Mao Zedong, donna naissance à une révolution qui se poursuit encore en Inde aujourd’hui (et désignée par le terme générique de « révolte naxalite »). Les membres du Comité de Jhapa (un district au sud-est du Népal) se nourrirent de l’expérience de leurs aînés indiens pour mener une insurrection qui se déroula de mai 1971 à août 1973.

Si l’Inde en général et le communisme indien en particulier eurent une influence notable sur le communisme népalais, celui-ci fut également perméable aux changements qui affectèrent le mouvement communiste international.

 

 

L’histoire du PCN est jalonnée de nombreuses disputes qui scindèrent le mouvement communiste népalais en une multitude de factions de plus ou moins grande importance. Certes, nombre de ces scissions furent le fruit de batailles internes au PCN. Ainsi, les questions de la monarchie ou de la légitimité d’une alliance avec le Nepali Congress découlaient de problématiques népalo-népalaises. De la même manière, les divisions engendrées par des querelles de personnalités ne dépendaient en rien de la situation communiste internationale.

Cependant, à l’instar des autres mouvements communistes à travers le monde, les luttes auxquelles se livrèrent les différentes puissances socialistes eurent un impact certain sur le PCN. À mesure que les relations sino-soviétiques se détériorèrent, le mouvement communiste népalais se divisa entre les partisans de Moscou d’un côté, et les partisans de Beijing de l’autre. La rupture qui se fit lors du troisième congrès du PCN en 1962 entre les communistes prosoviétiques et les communistes prochinois témoigne ainsi de cette influence.

Le mouvement maoïste népalais fut donc largement influencé par le communisme régional et international. Mais à partir du milieu des années 1980, il cessa d’être un simple spectateur passif pour devenir un acteur à part entière de l’internationale révolutionnaire. Le congrès fondateur du Mouvement internationaliste révolutionnaire (Revolutionary Internationalist Movement - RIM), qui se tint en 1984 avec la participation du Revolutionary Communist Party-USA et du Parti communiste du Pérou-Sentier lumineux (pour ne citer qu’eux), rassemblait les révolutionnaires du monde entier qui s’opposaient à la ligne idéologique tracée par Deng Xiaoping. Par sa participation à ce congrès, Mohan Bikram Singh fit entrer le maoïsme népalais dans une nouvelle dimension : désormais, il contribuait pleinement au débat international et concourait à façonner la nouvelle voie révolutionnaire mondiale.

 

Mohan Bikram Singh étant clandestin, il est interdit de diffuser sa photo.

 

Afin de comprendre l’inscription du mouvement maoïste népalais dans le mouvement révolutionnaire international, je fus également amené à me pencher sur les différentes étapes qui conduisirent à la fondation du Parti communiste du Népal (Maoïste) de Pushpa Kamal Dahal. Aussi, mes recherches me conduisirent à enquêter dans le district de Pyuthan.

 

 

 

Recherche