You are hereQui suis-je ?

Qui suis-je ?


By Cailmail - Posted on 07 mars 2011

 

 

C’est lors d’un séjour de près de trois ans au Népal (entre 1989 et 1991) que j’ai découvert pour la première fois ce pays, expérience qui m’a profondément marqué. C’est donc tout naturellement que je choisis pour sujet de maîtrise d'histoire le retour de la démocratie dans le royaume hindou en 1990 (soutenue à l’Université Lumière - Lyon II en juin 2003).

 

Je poursuivis mes recherches en DEA, puis en thèse, à l’école doctorale d'histoire de la Sorbonne (Paris I). Cette thèse, débutée en septembre 2004 et soutenue en décembre 2015, a été effectuée sous les codirections de Hugues Tertrais (Professeur d'histoire contemporaine des relations internationales à l’Université Paris I) et directeur du Centre d’Histoire de l’Asie Contemporaine et Marie Lecomte-Tilouine (directeur de recherche au CNRS, Laboratoire d'anthropologie sociale).

 

Mes recherches portent sur la rébellion maoïste au Népal qui a débuté en février 1996, et plus particulièrement sur la construction du mouvement maoïste au Népal. Ainsi, je tente d'établir une histoire du communisme à inspiration chinoise au Népal et de montrer que, loin d’être apparue de manière spontanée en 1996, la révolution maoïste est le fruit d’un long processus historique qui trouve ses racines dès 1949. Par ailleurs, mes recherches ont pour objectif de mettre en avant le caractère international du mouvement maoïste népalais. Car celui-ci ne s’est pas construit en autarcie complète, isolé dans les montagnes, mais s’est bâti en épousant les différentes tendances de l’internationale communiste et jusqu’à devenir l’un des phares du mouvement maoïste mondial. Pour ce faire, je me rends régulièrement sur le terrain pour y recueillir les témoignages de vétérans communistes népalais. Mon étude de terrain se situe essentiellement dans le district du Pyuthan, un district isolé et politisé, à 250 kilomètres environ à l’ouest de Katmandou.

 

Je suis associé à l’UPR 299 du CNRS et au Centre d'Etudes de l'Inde et de l'Asie du Sud.

 

Enfin, j’ai enseigné les techniques documentaires aux étudiants d’histoire, histoire de l’art et géographie de l’Université Paris I, ainsi que l’histoire politique du Népal à l’INALCO.

 

 

Recherche